Tu nous manque déjà, petit bonhomme...

Cela peut paraître insensé pour certains, mais un animal que l'on a élevé dès son plus jeune âge, regardé grandir, nourrit, soigné, aimé, et qui nous a tant donné, seulement avec ses regards, ses mimiques, ses facéties, est un membre à part entière de la famille. Cet animal, que l'on connaît parfaitement, même s'il ne peut pas communiquer avec la parole, mais seulement avec le coeur et ses yeux, éprouve lui aussi des sentiments, nous en sommes intimement persuadés.

Bien sûr, il n'a peut-être pas notre "intelligence", en tout cas il a une façon sans doute différente de penser ou réfléchir, il agit par instinct, mais est-ce une raison pour moins l'aimer ?

Aucun animal n'a le droit de souffrir. Lorsque l'on vit avec, il faut l'assumer jusqu'au bout, lui donner tout notre amour et lui offrir la vie la plus heureuse possible.

J'ai besoin de vous dire tout cela car 2ko nous a quitté aujourd'hui. Il avait le coeur fatigué et avait une tumeur agressive qui grossissait trop vite. Il s'est endormi paisiblement dans nos bras. Il commençait à avoir une insuffisance respiratoire, et, encore quelques jours, il aurait sans auncun doute souffert.

Il a rejoint Manu, qui nous a quitté il y a 15 mois et 22 jours.

Ils ont eu tous deux ce dont nous pouvions leur offrir de mieux. Maintenant, ils sont ensemble, comme autrefois.

Manu avait un peu moins de 9 ans, et 2ko presque 10 ans...  ils ont fait une longue route, sachant que leur espérance de vie est de 8 ans.

Voyou se retrouve seule, nous allons l'entourer du mieux que l'on pourra pour essayer de combler le vide laissé par 2ko et Manu. La petite mère fait de l'Arthrose à un postérieur et a une Cataracte à l'oeil. Elle n'est plus toute jeune elle aussi (7 mois de moins que ses parents), mais son arthrose ne la fait visiblement pas souffrir. Elle a une bonne santé générale.

Ces animaux qui partage notre vie et que nous aimons tant sont la source dans laquelle je puise ma force. Malgré la souffrance que nous éprouvons en perdant ces petits êtres, ce qui nous apaisent un peu, c'est que tout au long de leur vie nous les avons rendus heureux.

Il faut accepter de souffrir en les perdant, le plus important c'est de leur avoir donné de l'amour, d'avoir essayé qu'ils soient le mieux possible.

Qu'est-ce qu'ils nous manquent !

Écrire commentaire

Commentaires: 0